Lettre des objecteurs de croissance de Liège

Le 17 février 2016

mpOC-Liège
Mouvement politique des objecteurs de croissance
Groupe de Liège

Version imprimable (PDF).
Si le contenu de la lettre ci-dessous ne s'affiche pas correctement,
vous pouvez la consulter, de même que les lettres précédentes,
à l'adresse liege.mpoc.be/lettre/.

 

Bonjour,

Les activités publiques du mpOC-Liège en 2016 commencent par un dimanche convivial le 28 février, une balade pédestre à la carte au départ de Montjoie (Monschau - voir ci-dessous). Ensuite il y aura deux conférences-débats, la première le 9 mars, Démographie et environnement : surpopulation ou maîtrise de la natalité ?, avec Denis Garnier, président de l'association française Démographie Responsable ; le 11 mai, François Jarrige nous entretiendra de la place de la technique dans notre société : Face au fétichisme de la machine : déferlement technique et recomposition du monde. Entre les deux, le mpOC-Liège se déplacera à Bruxelles pour la fête du premier mai.

Le mpOC et le groupe de Liège sont très actifs dans la lutte contre l'absurdité nucléaire, en particulier au travers de l'initiative noT2D3.be qui attaque Electrabel en justice contre le redémarrage des réacteurs Tihange 2 et Doel 3 et vise à leur arrêt définitif. Ces deux réacteurs, dont l'âge avancé est à lui seul un facteur de risque important, sont de plus affligés de cuves comportant des milliers de microfissures dont l'origine et l'évolution ne sont pas connues avec certitude, constituant ainsi une prise de risque impensable. Nous avons besoin de votre aide pour mener à bien cette initiative, merci de lire la rubrique noT2D3.be ci-dessous pour contribuer de la façon qui vous conviendra.


Sommaire

– Nos prochains dimanches conviviaux
– L'agenda du mpOC-Liège
– noT2D3.be
– Demain
– Articles en lecture

 

Nos prochains dimanches conviviaux

Le 28 février 2016, 9 h

Balade pédestre au départ de Montjoie (Monschau).
Départ en train de la gare des Guillemins à 9 h 01, à destination d'Eupen (voie 3 - rendez-vous dans le dernier wagon).
Bus 385 à 10 h devant la gare SNCB d’Eupen, arrivée à Montjoie environ 20 minutes plus tard.
Choix d'un ou deux parcours le jour même en fonction des envies de chacun. Si deux parcours, tout le monde se retrouve à l'arrivée.
Remarque
À la gare des Guillemins, acheter un billet Euregio à 18 € valable pour deux personnes ; il couvre tous les trajets en train et bus (éventuellement, même le retour via Aachen).

 

L'agenda du mpOC-Liège

En gras les activités propres du mpOC-Liège ou celles auxquelles il contribue.

   ___________
   Archive : les anciennes annonces.
 

 

noT2D3.be

Aidez-nous à arrêter définitivement les réacteurs nucléaires Tihange 2 et Doel 3

Le réacteur numéro 3 de la centrale de Doel (D3), mis en service en 1982, a été arrêté une première fois en juin 2012 suite à la découverte de plusieurs milliers de microfissures dans la cuve du réacteur. Lors de contrôles effectués en août 2012, des défauts similaires sont détectés dans la cuve du réacteur numéro 2 de la centrale de Tihange (T2) ce qui a conduit à l’arrêt de ce réacteur mis en service en 1983. Ces 2 réacteurs seront ensuite redémarrés puis de nouveaux arrêtés en 2014. Finalement, fin 2015, au bout de quasi 3 ans d'arrêt en tout, l’AFCN (Agence Fédérale de Contrôle Nucléaire) autorise de nouveau le redémarrage des deux réacteurs.

Face à l'indigence scientifique et politique qui a présidé au redémarrage de ces réacteurs et à cette prise de risques insensée, des citoyens de toutes les régions du pays ont décidé de porter l’affaire en justice avec pour objectif la fermeture définitive de ces deux réacteurs.

Vous pouvez contribuer à l'initiative noT2D3.be de plusieurs façons :

Adresse bancaire

Nucléaire Stop Kernenergie ASBL
IBAN  : BE98 5230 8078 3493
BIC  : TRIOBEBB
Adresse  : Blegny, Belgique
Communication : une adresse courriel (pour nous permettre de vous contacter aisément).

Pour plus d'information, voir le site not2d3.be.

 

Demain

Le film Demain de Cyril Dion et Mélanie Laurent se veut un tour du monde « des solutions qui existent ». Il rencontre un succès incontestable mais est-ce pour autant un film à voir et à conseiller parce qu’il serait un catalyseur efficace du changement radical qu’appelle ceux qui ont conscience de l’état de destruction avancée de l’écosystème Terre dans lequel notre société thermo-industriel l’a plongé ? Il est permis d’en douter au vu des trop nombreuses erreurs de casting du film et de la désinformation qu’elles sous-tendent.

La plus flagrante est celle de la (longue) séquence sur la gestion des déchets de la ville de San Francisco, en particulier la définition du « zéro déchet » proclamée avec beaucoup d’assurance par la chargée de communication : l’idée de base étant que la quantité de déchets n’est pas un problème du moment qu’ils sont recyclés, le zéro déchet étant atteint quand 100 % du recyclage est atteint. Cela commence donc très fort avec cette remarquable définition du zéro déchet parfaitement adaptée aux productivistes de tout poil. Ensuite n’importe quel étudiant du secondaire ayant étudié le 2e principe de la thermodynamique sait que le recyclage à 100 % de nos produits complexes est une impossibilité sauf à disposer d’une source d’énergie quasi infinie. Mettons la science de côté : l’absurdité de ces camions transportant des montagnes de déchets (et de compost) sur de longues distances devrait sauter aux yeux et susciter des sifflets plutôt que des applaudissements dans la salle. Même chose pour ces énormes machines qu’on peut voir en action dans le centre de gestion des déchets, machines servies par des employés qui manifestement ne respirent pas le bonheur d'être là. Il est évident que c’est avec ce genre de « solution » que l’humanité est en train de se pendre, dans la droite ligne du développement durable.

Il y a d’autres erreurs de casting plus pernicieuses comme l’image positive du transport par avion qui est véhiculée dès les premières images du film (il faut être attentif pour le constater), comme dans n’importe quel film commercial, tout à fait en phase avec l’accord de la COP21 où l’impact sur le climat du transport par avion et bateau a été exclu des négociations (le transport aérien est à lui seul responsable de plus de 5 % du déséquilibre climatique).

Ce film risque fort d’avoir un effet anesthésiant sur la plupart des personnes qui auront été le voir : avec toutes ces « solutions » en marche, tout devrait aller pour le mieux. C’est sans doute ce qui explique le succès du film.

Le numéro du journal La Décroissance de ce mois (disponible en kiosque et dans les bonnes librairies) épingle Mélanie Laurent dans la rubrique L’écotartufe du mois qui consacre l’acteur Sean Penn. Extrait :

Avant les temps de Molière, les acteurs étaient considérés comme des quasi prostitués. Dans notre société du spectacle, retournement : ils sont les nouveaux demi-dieux. Dans le règne des apparences, ils triomphent. On les consulte comme des oracles, leur parole prend d’avantage d’importance que celle des politiques ou des scientifiques. Quand, à l’automne 2014, Arnold Schwarzenegger a débarqué à Paris pour préparer la COP21, Terminator a été mieux reçu qu’un chef d’état. Sur le perron de l’Élysée, autour de monsieur muscles, se pressaient le président de la République, le ministre des Affaires étrangères, le bouffon... l’« Envoyé spécial du Président de la République pour la protection de la planète ». Toute la presse était là, émerveillée, pour rapporter les propos de l’ex-champion de culturisme : « La lutte contre le réchauffement de la planète doit passer par l’innovation plutôt que par la décroissance. »

Ainsi commençait le bal des vedettes vertes, « green-people », pour la COP21. Marion Cotillard et la très pénible Mélanie Laurent (écotartufe n° 111, juil. 2014), toutes deux égéries de Dior et Rabhi, embarquèrent dans l’avion du président pour agrémenter son voyage préparatoire à Manille[...]

En parlant de Mélanie Laurent, la starlette des colibris a sorti un film (que nous refusons de subir) qui a logiquement enthousiasmé la presse. Elle en a profité pour prendre des poses grotesques dans un numéro spécial Love la planète de l’hebdomadaire Elle (ce numéro hors-série réussit à repousser encore un peu plus loin la barre déjà stratosphérique du ridicule des riches donnant des leçons d’écologie. Un incroyable bêtisier en soi où se mêlent pub pour Rolex et voitures électriques, publicitaires « bio » et niaiseries collibriesques)[...]

Toujours dans ce numéro de La Décroissance, voici en prime la rubrique « L’action du mois - Espérer » :

« Tu as vu Demain, le film de Mélanie Laurent ? Toi qui est pour la décroissance tu devrais aimer, c’est génial non ?! Quoi, t’aimes pas !? Mais t’es jamais content ! » Comment ne pas perdre espoir quand la frange la plus bienveillante de nos contemporains vous renvoie à un navet constituant une sorte d’achèvement pervers de l’idéologie libérale ? Ce sont d’ailleurs souvent les mêmes qui sont allés donner leurs sous à Mélanie Laurent, mannequin de la marque Dior et actrice désormais internationale, pour que cette starlette prétentieuse accable le populo. Sa quête pour partir faire un tour du monde en avion avec une caméra lui a permis de collecter 444.390 euros en deux mois auprès de 10.266 personnes (29 juillet 2014). Aujourd’hui on donne aux riches… Il faut bien le dire : ici on atteint le fond et on se sent seul. Vais-je alors devoir rembarrer les derniers « gentils » ?
« La plus haute forme de l’espérance, c’est le désespoir surmonté », disait Georges Bernanos*. Nul doute qu’il n’y a point de salut hors de ce désir de se dépasser pour exister, densifier notre être et trouver la joie !
*La liberté pour quoi faire ?, dans Essais et écrits de combat, tome II, La Pléiade, p. 1263.

 

Articles en lecture

Quelques uns des articles ajoutés récemment sur le site du mpOC-Liège :

Le projet égalitaire est au coeur de la décroissance, Agnès Sinaï (livre et vidéo de 35 minutes)

Les comprimés d’iode : des tranquillisants contre l’angoisse nucléaire, Roger Belbéoch’h

Climat

Commerce ou climat : la Commission européenne a fait son choix, Mathilde Dupré (Institut Veblen)

Carbone et inégalité : de Kyoto à Paris (Évolution de l’inégalité mondiale des émissions de CO2 de 1998 à 2013), Lucas Chancel et Thomas Piketty (le résumé de cette étude en 4 pages. L'étude complète, 50 pages en anglais, se trouve sur le site du mpOC-Liège dans la rubrique Arcticles > Climat > En anglais).

L’avion, arme de guerre, Jean-Baptiste Fressoz

L’accord sur le commerce des services (ACS ou TISA), Raoul Marc Jennar (intervention au Parlement de Wallonie en janvier 2016)

Construire un monde post-extractiviste, post consumériste, Nicolas Sersiron et Robin Delobel

La Belgique poursuit inexorablement sur la voie destructrice des agrocarburants, FIAN

Autre :

Sur le site de la Ceinture aliment-terre liégeoise (CATL) : Retour sur le Symposium Populaire de l’Agriculture Paysanne (SPAP, le 5 décembre à Liège).

 

Pour le mpOC-Liège,
Francis Leboutte

Mouvement politique des objecteurs de croissance, groupe de Liège
Tél : 04 277 91 42
Courriel : info @ liege.mpOC.be
Site : liege.mpOC.be

___
Abonnement, désabonnement et archives de la lettre