Lettre des objecteurs de croissance de Liège

Le 3 novembre 2012

mpOC-Liège
Mouvement politique des objecteurs de croissance
Groupe de Liège

Version imprimable (PDF).
Si le contenu de la lettre ci-dessous ne s'affiche pas correctement,
vous pouvez la consulter, de même que les lettres précédentes,
à l'adresse liege.mpoc.be/lettre/.

Sommaire

– L'agenda du mpOC-Liège
– Soutien aux faucheurs de plantes OGM (suite)
– Livres et documents
– Articles
– Pétitions
 

L'agenda du mpOC-Liège

Attention : nous avons dû déplacer le dimanche convivial de ce mois consacré à la crise démographique : il aura lieu le 11 novembre (détails ci-dessous).

En gras les activités propres du mpOC-Liège ou celles auxquelles il contribue.

Autres dimanches conviviaux à venir :

Auto-fabrication de produits d'entretien respectueux de la santé et de l'environnement (en avril sans doute), balade (en principe, il y a une balade tous les deux mois).

Soutien aux faucheurs de plantes OGM (suite)

Notre action en faveur des faucheurs de plantes OGM accusés d'association de malfaiteurs et de destruction de biens continue. Pour rappel, 11 accusés et plus de 80 comparants volontaires sont convoqués au tribunal de Termonde le 15 janvier 2013, suite à l'arrachage de pommes de terre OGM à Wetteren, le 29 mai 2011. Achetons la bière La Faucheuse ! Cette excellente bière artisanale est vendue afin de récolter des fonds pour aider à couvrir les frais d'avocats des accusés ainsi que les amendes qu'ils pourraient avoir à payer. Le mpOC-Liège organise la distribution de cette bière en région liégeoise : plus d'info et comment commander cette bière.

Avec les Amis de la Terre, l'InterGAC et le Centre du Beau-Mur, nous organiserons en décembre ou en janvier une soirée d'information et de soutien. La date exacte devrait être fixée la semaine prochaine, notre agenda en ligne sera mis à jour prochainement.

Livres et documents

(1) L'avenir est inévitable mais il peut ne pas arriver.
(2) Quoi qu’il en soit, à l’instant qu’un Peuple se donne des Représentants, il n’est plus libre ; il n’est plus.

Vous avez peut-être déjà remarqué ces deux citations en exergue de notre site web. La première est de Jorge Luis Borges, écrivain argentin, cité par Jean-Pierre Dupuy dans Où va le monde ? (éditions Mille et une nuits, 2012, 76 pages, 3,5 €), à lire absolument. La deuxième est de Jean-Jacques Rousseau, Du Contrat Social ou Principes du droit politique (1762) ; cité par Antoine Chollet dans son excellent petit livre Défendre la démocratie directe (Presses polytechniques et universitaires romandes, 2011, 122 p.), dont le premier chapitre est disponible sur notre site (PDF).

Pas de grands discours, mais des discours vrais. Cornelius Castoriadis. Entretiens (1973-1996)

Acquérir ce document (40 pages, PDF).

Articles

Extraits d’articles de presse ou de site web.

Vers un césarisme européen. Le Monde diplomatique de novembre 2012.

Ironie grinçante, encouragement ou épitaphe ? L’attribution du prix Nobel de la paix à l’Union européenne, le 12 octobre dernier, peut susciter la perplexité quand, au même moment, la Banque centrale européenne et la Commission de Bruxelles mènent une guerre budgétaire contre plusieurs pays membres. Ce choix appelle en tout cas une réflexion sur la nature du régime politique de l’Union.

« Si nous jetons un cristal par terre, il se brise, mais pas n’importe comment : il se casse suivant ses directions de clivage en des morceaux dont la délimitation, bien qu’invisible, était cependant déterminée à l’avance par la structure du cristal. » Ce constat établi par Sigmund Freud dans les années 1930 à propos des malades mentaux s’applique aussi aux malades politiques, au premier rang desquels l’Union européenne, structure fêlée et fissurée s’il en est.

La crise économique ouverte en 2007 a révélé les contradictions inhérentes à la construction européenne. Elle a en particulier démontré que l’Union s’adossait à un régime politique autoritaire, susceptible de suspendre les procédures démocratiques en invoquant l’urgence économique ou financière. Au cours des quatre dernières années, des institutions échappant à tout contrôle populaire, telles la Banque centrale européenne (BCE) et la Commission européenne, ont ainsi — avec la collaboration active des classes dominantes de ces pays — dicté leur feuille de route aux peuples irlandais, hongrois, roumain, grec, italien, espagnol, portugais, français, etc. Le traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance (TSCG), le contrôle budgétaire des Etats membres et la surveillance des banques par l’Union prolongent ce mouvement. Comment caractériser cette forme de gouvernement des peuples sans les peuples ? (...)

Retrouvez la version intégrale de cet article dans Le Monde diplomatique de novembre 2012, actuellement en kiosques, et dans l’édition électronique.

Qu’est-ce qui renforce les luttes collectives ? Qu’est-ce qui les fragilise de l’intérieur ?

Réflexions pratiques sur le militantisme avec Nathalie Dom

Le militantisme n’est pas un long fleuve tranquille. S’engager dans des luttes antinucléaires, anticapitalistes ou écologistes, c’est se confronter à la répression gouvernementale. C’est subir l’indifférence ou l’hostilité d’une partie de la population. C’est mesurer toutes les pesanteurs et les inerties de l’ordre établi. Mais c’est aussi, bien souvent, faire face à des tensions et des conflits au sein-même des groupes militants. C’est vivre des périodes de découragement, des désillusions relationnelles et politiques qui affaiblissent, paralysent et parfois détruisent des collectifs de l’intérieur.

Comment surmonter les problèmes internes qui fragilisent les organisations militantes ? Quels sont les facteurs qui favorisent des luttes vigoureuses et stables sur la durée ? Nathalie Dom nous présente ses hypothèses.

Lire la suite (PDF) sur le site du mpOC-Liège. Pour d'autres articles sur le même thème, consulter la rubrique Militance de la section Articles du site.

L'homme, cet animal suicidaire peint par Jared Diamond

Rencontre avec Jared Diamond (Frédéric Joignot, Le Monde). Extrait :

Il faut dire que ce professeur de géographie de l'UCLA, la vénérable université de la "cité des anges", biologiste évolutionniste réputé, fait à nouveau parler de lui après l'échec du Sommet de la Terre, cet été à Rio, où aucune mesure n'a été prise pour rendre notre planète plus durable.

Depuis, beaucoup se demandent si Jared Diamond n'a pas raison. Si l'humanité ne court pas au désastre écologique, danger contre lequel il nous a mis en garde dans son essai Effondrement (2005). Dans ce best-seller mondial, âprement discuté par l'élite scientifique, il montre comment, à plusieurs reprises, les destructions de notre environnement ont contribué à l'écroulement de sociétés. L'auteur va même jusqu'à parler d'"écocide" : le génocide écologique. Si certains critiquent son catastrophisme, Diamond donne des conférences dans le monde entier, appelant l'humanité à se ressaisir.

Lire la suite (PDF) sur le site du mpOC-Liège. Pour d'autres articles sur le même thème, consulter la rubrique Limites, dépassement et effondrement de la section Articles du site.

Trop de pétrole, on est foutus ? Noé Lecocq (IEW).

[...]Les énergies fossiles seraient encore disponibles en abondance pour de nombreuses années. Depuis quelque temps, des articles de presse portant plus ou moins clairement ce message sont régulièrement publiés.

Pourtant, la mise en exploitation de nouvelles ressources, quelles qu'en soient les quantités disponibles, ne fait pas reculer d'une seconde le moment où nous ne pourrons plus brûler pétrole, gaz ou charbon. On sait en effet depuis des années que la contrainte limitante en la matière n'est pas la disponibilité des ressources, mais l'impact climatique de la combustion des énergies fossiles.

Citons quelques chiffres importants. Pour éviter des changements climatiques majeurs et irréversibles, le GIEC recommande de rester sous la barre des 2°C d'augmentation moyenne des températures. Or, pour avoir 50 % de chances de rester sous ce seuil de 2°C, les émissions de CO2 cumulées entre 2010 et 2050 ne doivent pas dépasser 1176 GtCO2 (ou 321 GtC). Pour avoir 75 % de chances, il faut émettre moins de 736 GtCO2 (ou moins de 200 GtC).

Cependant, les quantités de carbone contenues dans les réserves fossiles connues dépassent largement ces niveaux, et toute nouvelle découverte ne fait qu’accroître encore la différence.[...]

Lire la suite (PDF) sur le site du mpOC-Liège. Pour d'autres articles sur le même thème, consulter les rubriques Climat, Énergie fossile et Limites de la section Articles du site.

Rio+20 : Le monde des affaires et l’Union européenne repeignent l’économie en vert

Un article de Corporate Europe Observatory (CEO), une association qui observe de près l'influence de l'industrie dans les décisions de l'Union Européenne. L'importance du travail de CEO apparaît clairement dans le film The Brus$els Business de Friedrich Moser et Mathieu Lietaert (2012), film projeté en avant-première au cinéma Le Parc récemment. Extrait :

L’Union européenne a clairement annoncé la couleur. Lorsque ses délégués seront assis autour de la table à Rio, ils plaideront en faveur des intérêts du monde des affaires, sans tenir compte des préoccupations qui ont été soulevées quant aux risques que représente l’économie verte.

Si l’Union européenne avait tiré des leçons de la crise financière, elle serait moins empressée de miser aussi gros sur les marchés, en particulier pour un enjeu aussi important que l’avenir de la planète. C’est pourtant ce qu’elle fait, en proposant d’accroître les marchés carbone et très probablement de financiariser la biodiversité, et en développant des méthodes encore plus complexes de commercialisation de la nature, le tout, dans l’espoir que les marchés tiendront leurs promesses.[...]

Mais la nature n’accorde pas de prêts de renflouement. Nous n’avons qu’une planète et nous ne pouvons pas vendre les ressources naturelles dont nos vies dépendent en les confiant aux intérêts du secteur privé.

Lire la suite (PDF) sur le site du mpOC-Liège. Pour d'autres articles sur l'Europe, consulter la rubrique Europe de la section Articles du site.

Pétitions

Près de Nantes, à Notre Dame des Landes, un projet d'aéroport aussi gigantesque qu'inutile menace 2000 hectares de terres agricoles bocagères d'une biodiversité exceptionnelle :

Pour le mpOC-Liège,
Francis Leboutte

Mouvement politique des objecteurs de croissance, groupe de Liège
Tél : 04 277 91 42
Courriel : info @ liege.mpOC.be
Site : liege.mpOC.be