mpOC-Liège

Mouvement politique des objecteurs de croissance
Groupe de Liège

GRÈCE et ailleurs
Contre-information
sur le blog de
Yannis Youlountas

Ce que cache le mot crise
Yannis Youlountas (philosophe, poète)

Le mot-clef de la période actuelle est sans doute le mot crise. C’est aussi l’un des mots les plus urgents à revisiter parce qu’il a complètement été détourné de son sens premier, issu de l’antiquité grecque, pour revêtir un sens médiéval appauvri et réducteur. La crise est aujourd’hui réduite à une catastrophe économique et sociale plus ou moins prévisible, à la croisée d’erreurs humaines et, plus encore, d’aléas du Marché. Elle s’inscrit dans la filiation des grandes crises sanitaires du Moyen-âge et de l’ancien Régime. Telle qu’elle est présentée, la crise financière est précisément la réincarnation de la Peste : fléau mystique et mystérieux, source d’angoisse terribles, de multiples souffrances, d’innombrables superstitions et… d’une incommensurable résignation.

Pourtant à l’origine, la crise signifiait tout à fait autre chose : un moment parfois positif et même, osons le mot, nécessaire. Crise vient de krisis, le « moment de vérité » ou « du jugement », parce que, dans certaines cités grecques antiques, on questionnait les présumés coupables au moyen d’une mise en abîme – précisément au bord d’un abîme – face à la communauté. Autrement dit, on recherchait le lâcher-prise, la catharsis, l’abandon de la position intenable. D’ailleurs les racines sémantiques de krisis signifient littéralement « vivre au bord » ou « être au bord, au bout de la vie ». C’est pourquoi, le mot crise est plutôt à comprendre comme la découverte d’une impasse et la nécessité d’une profonde remise ne questions, d’un dépassement.[…]

Tous ces moments [de crise] sont des seuils « critiques » à la fois au sens où ils sont périlleux, mais aussi où ils nécessitent une véritable analyse, un travail d’étude et de compréhension d’une situation à surmonter, une nouvelle quête de sens. Le moment de la crise – le moment critique – est donc le moment de la critique. Toute crise augure une crise de sens.

Les mots ont du pouvoir. Celui-là plus que d’autres. C’est pourquoi l’emploi moyenâgeux du mot crise est une manipulation à combattre comme toutes les superstitions qui maintiennent l’humanité dans l’ignorance, la soumission et la résignation. Il ne s’agit pas de dire que la crise n’existe pas, mais qu’elle n’a pas la signification qu’on lui donne. Ne pas se laisser pétrifier dans le chant des sirènes médiatiques, mais chercher les causes profondes de cette crise dans l’échec lamentable de nos modes de vie et de nos organisations sociales qui sont à transformer au plus vite.

Source : Ce que cache le mot crise, Yannis Youlountas (Philosophe, poète), Les Zindigné(e)s n° 7 (en vente uniquement par abonnement ou au numéro sur le site de l'éditeur).